Compte rendu : 1ère Conférence mondiale LGBT pour les professionnels de la Police et de la Justice

By on septembre 9, 2016

1st World LGBT Conference for Criminal Justice Professionnals

1e Conférence mondiale LGBT pour les professionnels de la Police et de la Justice

Du 2 au 6 août 2016, s’est tenue à Amsterdam, aux Pays-Bas, dans le cadre de l’Europride 2016 (GayPride/Marche des Fiertés Européenne), la 1e conférence mondiale LGBT pour les professionnels de la Police et de la Justice.

Organisé par la POLITIE (Police néerlandaise), avec le soutien financier du fond de sécurité interne de l’Union Européenne, cet évènement a accueilli 26 délégations du monde entier, du Canada à l’Australie, en passant par la Thaïlande et le Pakistan, l’Ouganda et l’Afrique du Sud, parmi lesquelles une délégation de 11 représentants de FLAG !, administratifs, policiers et gendarmes.

Il est à noter que cette conférence est la dernière avant l’EGPA (European LGBT Police Association) PARIS 2018, qui sera organisée par FLAG !, avec le soutien du Ministère de l’Intérieur.

Dès le Mardi 2 août 2016, les organisateurs ont proposé aux participants à la conférence un pot de l’amitié, afin de « briser la glace ». Ce moment de convivialité a lieu dans l’ancien orphelinat d’Amsterdam, devenu musée, et les participants déjà arrivés ont pu échanger autour d’un verre et d’un en-cas, accompagnés par un disc-jockey.

Ban Ki-moon à AmsterdamUn message d’accueil est prononcé à l’attention des policiers présents par le Secrétaire Générale des Nations Unies, monsieur Ban Ki-moon et le Maire d’Amsterdam, monsieur Eberhard van der Laan est diffusé sur grand écran.Eberhard van der Laan, Maire d'Amsterdam

Le Mercredi 3 août 2016 : La conférence commence en fanfare, ou presque, au rythme de la chanson « Love is in the air» de John Paul Young (abc records, 1977), musique qui servira pour le déploiement de banières de couleurs (le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu et le violet du Rainbow Flag et le noir en hommage aux victimes de la tuerie à Orlando). Par la suite, la chanson sera le signal d’appel pour chaque étape de la conférence. L’intégralité des interventions seront en anglais. Pour les non-anglophones, des casques traducteurs sont disponibles et des interprètes en allemand, français et serbe sont présents.

13882542_1108754629203813_7605275015793176379_nLa cérémonie d’ouverture est présentée par Rik van de Westelaken, journaliste et présentateur néerlandais ouvertement gay, qui présentera également la cérémonie de clôture. Grâce à une animation dynamique projetée sur l’écran, les 26 délégations (Afrique du Sud South Africa, Allemagne Germany, Angleterre England, Australie Australia, Autriche Austria, Belgique Belgium, Canada Canada, Écosse Scotland, Espagne Spain, États-Unis d’Amérique United States of America, France France, Grèce Greece, Irlande Ireland, Irlande du Nord Northern Ireland, Italie Italy, Montenegro Montenegro, Ouganda Uganda, Pakistan Pakistan, Pays-Bas The Netherlands, Pays-de-Galles Wales, Serbie Serbia, Suède Sweden, Suisse Switzerland, Suriname Suriname, Thaïlande Thailand, Zambie Zambia) vont être présentées l’une après l’autre, ce qui va installer une dimension de partenariat et de collaboration, qui ne quittera plus les participants pendant les 4 jours suivants.

M. van de Westelaken en profite pour présenter le logo et le slogan de l’Europride qui vont servir de fond d’écran durant toute la conférence : « Proud to be your Friend »/« Fier d’être votre Ami » (plus d’info sur <proudtobeyourfriend.org>), slogan qui a été choisi pour exprimer la volonté de renforcer les relations entre les services de police et le public.

La première personne à prendre la parole devant les différentes délégations est originaire d’Afrique du Sud. Il s’agit de la révérende Canon Mpho A. Tutu-van Furth, fille de Monseigneur Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix et ancien militant anti-apartheid. Mariée à une enseignante néerlandaise et mère de deux filles, l’ex-pasteure épiscopalienne, qui a perdu sa licence lui permettant de procéder aux sacrements suite à son mariage, est aussi une femme au caractère bien trempé, comme son père, dont elle a également hérité la manière de s’exprimer, très posément mais fermement, et une ouverture d’esprit peu commune.

À ce titre, elle évoque la situation des personnes LGBT+ en Afrique où, même dans les pays dotés d’une législation équitable, les gens subissent des discriminations. La révérende Tutu-van Furth souligne le paradoxe entre les lois de ces pays qui offrent égalité des droits, protection et reconnaissance, mais où les gens perçoivent clairement que ces protections n’existent que sur le papier car dans la réalité, les préjugés contre les homosexuels perdurent, parfois de façon violente. La révérende recueille les applaudissements nourris de la salle, et une standing ovation en affirmant : « Si vous voyez des portes se fermer devant vous, attrappez-les et claquez-les avec toute votre force ; claquez-les si fort qu’elles en tremblent sur leurs gonds (« Slam them so strong that they rattle the hinges ! ») ! « 

13902601_1109468845799058_4645495932797822117_nL’après-midi, Ton van Lierop, journaliste ouvertement gay et ancien conférencier auprès de la commission européenne, prend les rênes en tant que Maître de Cérémonie pour la durée de la conférence. Il présente le leitmotiv retenu pour la conférence : « Inspire and Connect »/« Inspirer et Relier », et il prévient les participants qu’il demandera à certains d’entre eux à la fin de chaque journée quel est le sujet ou l’intervenant qui les aura inspiré ou les aura connecté aux intervenants comme aux autres délégations.13900363_1108818925864050_4818252009703506805_n

Premier intervenant : Le psychologue Allard Feddes, spécialisé dans la gestion des conflits et les collaborations entre les différents groupes sociaux, présente une étude mené par l’Université d’ Amsterdam sur la perception des crimes de haines et les obstacles perçus par les personnes LGBT+ victimes de crimes de haines dans leurs rapports avec la police et avec la société.

13920803_1108818939197382_8205668585725724439_nLe docteur en psychologie Kai J. Jonas, également de l’Université d’Amsterdam prend la suite de son confrère pour expliquer les résultats de l’étude et les éléments nécessaires à développer pour construire un réseau policier à destination des victimes LGBT+, efficace et pertinent.

Pendant quelques minutes, les participants auront la possibilité de poser des questions aux deux intervenants.

Dernière partie de la journée : La diffusion d’un documentaire « Valentijn », réalisé par Hetty Nietsch, journaliste et documentaliste néerlandaise. Le film raconte la rencontre et le suivi de la réalisatrice durant neuf ans de la vie de Valentijn de Hingh (de 8 à 17 ans) dans sa transition de garçon à fille.

Les participants ont pu échanger avec la documentaliste à l’issue du visionnage.

Dans la soirée, une rencontre informelle s’est tenue, au cours de laquelle les représentants des pays membres de l’EGPA ont pu échanger avec leurs collègues venus des 5 continents.

13925238_1109477902464819_878764921452725207_nLe Jeudi 4 août 2016 commence par l’intervention de Anick Fournier, de la Royal Canadian Mounted Police (Police Montée Royale Canadienne), qui présente une étude sur la personne LGBT+ sur son lieu de travail « Self-identification in the Criminal Justice workplace: What’s in it for me? »/« S’affirmer dans le milieu professionnel de la criminalité et de la justice : Ce que j’entends par ce titre ? ». L’objectif de l’étude est de présenter les tenants et aboutissants du coming-out sur le lieu de travail, de son importance, de sa pertinence et des avantages et inconvénients d’être « out » ou pas dans son milieu professionnel, du ressenti personnel, celui des collègues, de la hiérarchie, et les diverses interactions entre vie privée et vie professionnelle.

Cette présentation est suivie par le témoignage d’Aleksandar Stojmenovic, premier officier de police de Serbie ouvertement homosexuel, qui raconte son coming-out et son expérience personnelle au sein de la police serbe.

Puis, présentation des travaux effectués par le Dr Jovan Kojičić pour la police monténégrine, à la suite de la conférence IDAHOT de 2015. Le Dr Kojičić, absent pour raison professionnelle, la présentation est assurée par sa collaboratrice Tamara Popovic. Les travaux menés par le Dr Kojičić l’ont amené à rencontrer et suivre des formations avec les services de police canadiens, afin de proposer un programme à l’attention des services de police du Monténégro et, par la suite, de suivre l’évolution de la législation monténégrine en termes d’égalité des droits pour les personnes LGBT+.

13932918_1109496032463006_2235654387727226709_n-2Enfin, Roddrick Colvin, professeur adjoint au Collège John Jay de Justice Pénale de New-York City, retrace l‘histoire des « Associations de policiers lesbiennes et gays au XXIe siècle : une idée simple avec des résultats complexes », ou la création, l’évolution et l’impact des associations de policiers LGBT+ à travers l’Histoire des États-Unis.

.

.

.

13903209_1109501902462419_5502988958492752988_n-2 13920607_1109501912462418_8881329810952342974_n-2

Après la pause méridienne, Willem Nijkerk du Service des procureurs d’Amsterdam explique le droit pénal néerlandais, les procédures suivies par le service des procureurs, le droit des personnes LGBT face à la Justice néerlandaise et son fonctionnement.13925348_1109543202458289_4624837020114572874_n

Dernier intervenant de la journée : Adrian Jjuuko, directeur général de la sensibilisation aux droits de l’homme et de la Promotion en Ouganda présente « Engager le système de Justice pénale sur les droits LGBTI : expériences de l’Ouganda », ou les timides avancées en matière d’égalité des droits défendues par M. Jjuuko et son association, associée à Human Rights . Ce qui s’avère bien plus difficile qu’il n’y paraît car « En Ouganda, nous ne parlons pas de sexe ou de sexualité ».

La journée se termine par le dîner de gala officiel. Au cours du dîner, Boris Dittrich, directeur adjoint de l’organisation des droits de l’homme (Human Rights Watch), vient évoquer les nombreux témoignages de crimes homophobes à travers le Monde, le point d’orgue étant la tuerie du « Pulse », discothèque d’Orlando, qui a fait 49 morts au sein de la communauté LGBT+. M. Dittrich mène le programme de défense des droits des personnes LGBT+, et il a souhaité rappeler son engagement, en félicitant les participants de la conférence pour leurs engagements personnels.

13895533_1109726019106674_254118123081350282_n Le président et le vice-président de Flag ! avec le Directeur de la Police d'Amsterdam

Un voyagiste partenaire a offert, suite à un tirage au sort, une croisière pour deux personnes dans les Caraïbes, à l’un des participants. Marja Lust, officier de police d’Amsterdam, qui a coordonné l’organisation de la conférence dans ses moindres détails, a reçu de la part du voyagiste deux billets pour la même croisière, en remerciements du travail accompli. Ce qui a amené une standing ovation. Le dîner s’est achevé en musique.

13894994_1110179469061329_3064026346508362947_nLe Vendredi 5 août 2016, pendant que les participants à la Conférence ayant des postes de Direction se réunissaient avec M. Dittrich pour prendre certaines décisions dans la continuité de la conférence, les autres participants assistaient à la description des programmes proposés dans les écoles et/ou académies de police à travers le monde en vue d’améliorer l’accueil des personnes LGBT+ qui seraient victimes de crimes ou de délits. Plusieurs officiers de police se sont ainsi succédés : Marja Lust pour les Pays-Bas, Brett Parson pour les États-Unis, Danielle Bottineau pour le Canada, et pour l’EGPA : Petrik Thomann pour la Suisse, Paul Franey pour l’Irlande, Simonetta Moro pour l’Italie.13879272_1110179482394661_8000149556930710559_n

Après la présentation, et le jeu des questions-réponses avec les participants, M. van Lierop annonce qu’une première décision composée d’une série d’engagements a été prise et ratifiée par M. Dittrich. Il en fait lecture et demande pour approbation les applaudissements des participants.

L’après-midi voit les participants se diviser en deux groupes pour mieux entendre les prochains intervenants. Le premier groupe reçoit Dahni Houseman qui travaille pour la police de l’état de Victoria, en Australie. Puis, Jackie Braw qui est dans la police de l’état de Nouvelles-Galles-du-Sud, en Australie. L’une après l’autre, elles vont dresser un portrait du travail de Gay and Lesbian Liaison Officer ou GLLO (officier de liaison LGBT+), dans leur état respectif, en Australie, et leur implication personnelle.

L’intervenant suivant est Tad Milmine, ancien policier de la Royal Canadian Mounted Police (Police Montée Royale Canadienne) et actuellement officier de police de Calgary, dans l’état d’Alberta au Canada, qui présente son programme « Bullying Ends Here »/«Le Harcèlement Finit Ici ». Tad Milmine raconte son histoire personnelle : Comment il a souffert des brimades et de la haine de la deuxième compagne de son père, dès l’âge de 5 ans ; comment il a vécu plusieurs heures par jour enfermé dans le sous-sol de sa maison, toujours harcelé psychologiquement par « cette femme », pendant plus de huit ans ; comment il a été abusé sexuellement pendant la même période par le fils plus âgé que lui d’un ami de son père ; comment il a pu partir et a dû apprendre à se construire petit à petit ; comment il a pris conscience de son homosexualité et l’a dissimulé pendant des années ; comment il a vaincu -en partie- sa timidité maladive et ses peurs intrinsèques ; comment il a pu rentrer dans la RCMP et exercer le métier dont il rêvait depuis l’enfance ; comment le destin de Jamie Hubley, un jeune homme de 15 ans qui s’est suicidé après avoir subi des années de harcèlement à l’école, a fait basculé son propre destin puisque c’est ce qui l’a poussé à créer le programme « Bullying Ends Here », un site Internet, suivi d’interventions dans les écoles, pour lutter contre toutes les formes de harcèlement et qui s’adresse aux collégiens et lycéens en priorité, aux parents, enseignants et autres adultes dans un second temps ; comment il a dû quitter la RCMP et comment il est entré dans la police de Calgary ; enfin, combien il est fier du chemin accompli, mais plus encore, « des vies sauvées ». Son autobiographie est disponible en livre, via le site Internet de l’association. Sa timidité, son humilité, sa générosité et sa force, malgré les épreuves, lui ont valu une standing ovation.

Ces premiers intervenants vont retrouver le second groupe et sont remplacés par le sergent Kimberley O’Toole, qui travaille au service pénitentiaire de la police de Toronto, et qui évoque, suivant son expérience personnelle, les moyens à sa disposition pour promouvoir la possibilité d’un traitement plus respectueux des détenu(e)s transgenres.

Les derniers intervenants de la journée sont Namra Gilani, avocate spécialisée dans les Droits de l’Homme qui travaille pour le Centre de Restauration de la Dignité Humaine (CRDH), et Salman Waheed Malik, chercheur auprès de l’université du Punjab et directeur du Centre de Restauration de la Dignité Humaine (CRDH), tous deux originaires du Pakistan et très investis dans la défense des intérêts des personnes transgenres. Ils vont parler de la situation des quelques 50.000 personnes transgenres au Pakistan, lesquelles sont passés d’un statut de personnalités respectées et admirées à celui de parias, après l’apparition des Lois anglo-saxonnes dans la constitution pakistanaise. Ils présentent leur projet et le défi transgenre dans le système carcéral au Pakistan. Mme Gilani et M. Waheed Malik terminent leur propos en présentant un extrait d’un documentaire sur les personnes transgenres Pakistanaises « Chupan chupai » (qu’on peut traduire par « Hide and Seek »/« Cache-Cache »), accessible sur Internet.

Après une courte pause, et suite aux évènements qui se sont produits en Ouganda, le 4 août 2016 (la répression par la police d’une manifestation LGBT pacifique, au cours de laquelle un des collègues de M. Jjuuko a été arrêté), M. van Lierop intervient une dernière fois et fait lecture d’une seconde décision composée de 4 engagements qui condamne les incidents ougandais, et appelle à l’approbation par des applaudissements.

Rik van de Westelaken revient pour la cérémonie de clôture. Il remercie l’ensemble des participants pour leur investissement durant les débats. Puis, il accueille un conférencier spécial pour l’occasion : Randy W. Berry, premier ambassadeur des États-Unis pour les droits humains des personnes LGBT. M. Berry félicite le travail accompli, les divers travaux en cours et encourage la continuité des démarches entamées au regard de la situation des personnes LGBT+ dans le Monde en matière de droits, d’égalité et d’acceptation. Il évoque sa propre situation personnelle, et les missions qui sont désormais les siennes pour lesquelles, il affirme vouloir mettre un point d’honneur en accomplissant un maximum en un minimum de temps, les élections présidentielles américaines approchant à grand pas.

Photo délégations mondiales

La Conférence prend fin avec la diffusion d’une bande-annonce (teaser) pour la prochaine réunion de l’EGPA qui aura lieu en 2018 à Paris en France, et Marja Lust annonce que la 2e Conférence Mondiale LGBT se tiendra en 2019 à Toronto, dans l’État de l’Ontario au Canada. Marja Lust passe symboliquement le témoin à Danielle Bottineau, qui lui donne rendez-vous en 2019.

13895022_1110982142314395_7005188027043432052_n

La journée se termine par une rencontre avec l’association européenne des policiers LGBT (EGPA). Tous les participants qui le souhaitent sont invités à assister à une réunion publique du Conseil d’Administration de l’EGPA.

Le Samedi 6 août 2016 : Point d’orgue à la 1e Conférence Mondiale LGBT pour les professionnels de la police et de la justice, a lieu la Canal Parade d’Amsterdam. 80 embarcations glissent sur les canaux, dont l’une transporte une cinquantaine de policiers du Monde, sélectionnés parmi les participants de la Conférence.

 

Prochaine conférence européenne : Paris en juin 2018

Prochaine conférence mondiale : Toronto en 2019

13879410_1108221775923765_5092542546664181584_n 13892390_1108744829204793_5909531508196153925_n 13872716_1109457479133528_8893198793560270922_n 13902601_1109468845799058_4645495932797822117_n

13906808_1109770159102260_1653896463543681900_n 13879182_1110172462395363_7169376069791994383_n 13925001_1110178052394804_1187978910067964319_n 13892182_1110215785724364_5046213042921745519_n 13935011_1110256949053581_4192947926313261881_n 13895310_1110283485717594_1312751974514604473_n 13879335_1110304802382129_1228802063163878756_n 13901539_1110458422366767_3898775245853715340_n 13895022_1110982142314395_7005188027043432052_n 13900172_1111173665628576_1038498305367186788_n

 13935038_1109478805798062_5049432469567712011_n-2 13895139_1109478822464727_1751473919316153496_n-2

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *