Élections professionnelles : Lu pour vous sur AEF Sécurité Globale

By on novembre 28, 2014

AEF SECURITE GLOBALEÉlections professionnelles : plusieurs syndicats favorables à une charte contre l’homophobie dans la police (Flag)

Par Clément Giuliano

Dépêche  n° 490681

Alliance police nationale, le SCPN et la CFTC police se disent prêts à signer une charte contre l’homophobie et la transphobie dans la police. Les trois organisations, ainsi que le SCSI et la CGT police, ont répondu au questionnaire envoyé par l’association Flag à l’ensemble des organisations candidates aux élections professionnelles de décembre 2014. Leurs réponses ont été mises en ligne, jeudi 20 novembre 2014. Dans ce questionnaire, Flag révèle ainsi son projet de « proposer à l’ensemble des organisations syndicales » la signature d’une charte en ce sens. Pour leur part, le SCSI et la CGT ne s’expriment pas sur cette initiative dans leurs réponses. Les cinq organisations soulignent par ailleurs unanimement leur attachement à la lutte contre les discriminations.

Si la lutte contre les discriminations ne figure pas explicitement dans les statuts de tous les syndicats ayant répondu à l’association Flag, chaque organisation rappelle son opposition à ce type de faits. « L’essence même de nos valeurs place toutes les formes de discriminations sur le même plan et les rejette toutes avec la même fermeté », indique ainsi le SCSI. « Alliance police nationale a toujours développé une politique de lutte contre toutes les formes de discrimination », indique également l’organisation de gardiens de la paix. La CFTC est pour sa part « très attachée » à la lutte contre les discriminations, tandis que la CGT police indique se battre « contre toutes les formes d’oppression ».

La CGT police, Alliance et la CFTC police se déclarent favorables à la proposition de Flag d’adapter le RGEPN (règlement général d’emploi de la police nationale) pour punir les « propos et comportements homophobes et transphobes », à l’image du code de déontologie de la police et de la gendarmerie. Pour Alliance, « le nouveau code de déontologie a constitué un recul par rapport à l’ancien code quant à la reconnaissance clairement écrite des sanctions contre les propos homophobes et transphobes. Un simple rappel de l’article du code pénal n’est pas satisfaisant […]. Nous pensons donc effectivement qu’une adaptation du REGPN est nécessaire. »

LA PLUPART DES SYNDICATS DÉJÀ SAISIS POUR DES ACTES HOMOPHOBES

À l’exception d’Alliance, l’ensemble des syndicats ayant répondu à Flag indiquent avoir déjà été sollicités par l’un de leurs adhérents « victime de harcèlement ou de discrimination lié à l’orientation sexuelle ». « Il est arrivé que certains de nos représentants aient pu être confrontés à des discriminations, notamment liées à l’orientation sexuelle », indique ainsi le SCSI. « En toutes circonstances, ces situations ont systématiquement donné lieu à une réaction de notre part, fût-elle par voie judiciaire ou administrative. » La CFTC signale avoir été sollicitée par un policier « voici quelques années » : « Une entrevue avec son chef de service a permis de résoudre le problème. » La difficulté consiste à prouver le harcèlement, souligne le syndicat. « La peur de représailles limite parfois la réaction des collègues témoins des faits. »

Si le SCPN indique que « les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre ne constituent pas une problématique très présente dans le quotidien » de ses délégués, il mentionne avoir été saisi par un adhérent « confronté à des remarques déplaisantes de sa hiérarchie en raison de son orientation sexuelle. » Et d’ajouter : « La personne maltraitante étant un directeur territorial, cette situation a été prise en compte par le secrétariat général du syndicat. » L’organisation indique qu’une plainte a été déposée « et une enquête diligentée par l’IGPN « .

Selon le syndicat Alliance, « s’il y a encore des cas isolés de dérives et d’actes homophobes, la majorité de nos collègues sont […] au fait des LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) aujourd’hui. » Et d’ajouter : « Il n’y a pas, à notre connaissance, une seule affaire où un groupe entier de collègues aurait agi de façon discriminatoire. »

Avec l’aimable autorisation d’AEF Sécurité Globale

Un Commentaire

  1. David

    30 novembre 2014 at 13 h 04 min

    Étonnant que les autres syndicats n’aient pas répondu, seulement 5.
    Le sujet ne les intéresse pas. Ils font quoi à vos côtés pour combattre l’homophobie ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>